Jeux de machine a sous

C’est en 1897, que la première machine à sous sera inventé par Charles Fey. Celui-ci en profitera pour l’améliorer et pour sortir d’autres modèles de machines à sous. Après plusieurs mois d’innovation, Charles Fey mettra au point son second modèle : la « Liberty Bell » (une machine à sous nouveau genre qui va révolutionner le monde des jeux de  casino).

Ce sera un succès énorme ! En quelques mois, l’entreprise parviendra à écouler plusieurs centaines de modèles de cette machine à des bars ou à des établissements de jeux. Nous allons dans cet article étudier l’histoire de cette fabuleuse machine à sous.

August Fey (il changera son nom quelques années plus tard pour faire un peu plus anglo-saxon) a vu le jour dans un petit village situé en plein cœur de l’Allemagne. Il se passionnera très tôt pour la mécanique, certainement grâce à l’un de ses frères qui travaillait dans une usine à quelques kilomètres. C’est à partir de ce moment qu’il se décidera à quitter définitivement son pays pour rejoindre les États-Unis. Il avait effectivement entendu que l’un de ses ongles vivait aux USA depuis plusieurs années, et la situation de ce pays semblait l’attirer profondément. A l’âge adulte, il se décida donc à quitter son pays pour rejoindre les USA. N’ayant pas encore suffisamment de fonds, il se rendra dans un premier en France pour occuper divers emplois pour finalement se rendre en Angleterre, pays dans lequel il exercera un emploi dans une entreprise de fabrication d’instruments nautiques. Quelques années plus tard, il avait enfin réuni la somme d’argent nécessaire pour pouvoir se rendre dans ce fabuleux pays !

Il part donc pour les États-Unis. Arrivant sur place chez son ongle, le climat très rude et hostile de New York le poussera à se rendre en Californie. Il s’installera finalement dans la ville de San Francisco en 1885. C’est dans cette ville qu’il rencontrera sa femme : Marie Volkmar (une jeune américaine). Ensemble, ils auront 4 enfants.

Ses responsabilités familiales ne l’empêcheront pas de s’adonner à sa passion : la mécanique. D’ailleurs, à son arrivée à San Francisco, il exercera un poste dans une compagnie d’électricité : la « California Electric Works Company ».

C’est en 1889 qu’il décidera de changer pour Charles Fey. Au cours de ses années d’expériences professionnelles, il ne tardera pas à se passionner pour les roulettes automatiques. Passionné de jeux de hasard, il comprendre très vite l’intérêt de développer de telles machines. Il passera ainsi plusieurs années à tenter de concevoir le premier modèle de machine à sous qu’il nommera le « fer à cheval ». Et ce sera un grand succès !

Il décidera donc ainsi de démissionner de son travail avec l’un de ces collègues, afin de se consacrer au développement de sa compagnie : une entreprise dans le domaine des téléphones, télégraphes et équipements électriques. Quelques mois plus tard, sa compagnie mettra au point le deuxième modèle de machines à sous qu’il appellera la : « 4-11-14 ». Un véritable succès ! La demande pour cette machine sera très forte. Sa machine à sous sera installé dans de nombreux bars, ainsi que dans des établissements de jeux. Le jackpot de sa machine est fixé à 5 dollars américains.

Devant le succès de ce nouveau modèle, il décidera désormais de se spécialiser dans la fabrication de machine à sous. Il cédera donc ainsi les parts à son ancien associé afin de se consacrer à sa nouvelle compagnie. Mais face à un succès très important, il se rendra compte de l’intérêt de développer une nouvelle machine à sous. Son ancien modèle n’offrait pas suffisamment de combinaisons de jeux… Et il découvrira en outre, la technique de la première machine à sous des temps moderne. Sa technique, tellement sophistiqué, restera en application jusqu’en 1963 ! Ce sera la fameuse : « Liberty Bell » !

Contrairement aux premières machines à sous, le nombre de combinaisons possible est porter à 1000 (contre à peu près 100 avec les premières machines à sous). D’où de meilleures sensations de jeux pendant la partie !  La machine n’est plus en bois, mais en métal. Et l’un des gros avantages de cette machine : le client n’a plus besoin d’aller chercher sa paye auprès du patron du bar ! Il peut récupérer ses gains immédiatement (en face de la machine).

Cette machine rencontrera un succès phénoménal dans le monde entier, ce qui vaudra à Charles August Fey d’être reconnu comme le père des machines à sous. Malheureusement pour lui, sa machine sera recopiée par des concurrents peu scrupuleux : Mills notamment (qui aurait dérobé un modèle de sa machine dans un salon de bar pour en comprendre les rouages). N’ayant pas assuré sa protection avec un brevet, les concurrents ne tarderont pas à imiter son invention !

Quoi qu’il en soit, la « Liberty Bell » restera à jamais grâce dans les mémoires de tous ce qui apprécient les jeux !